Nous avons envie de te parler de ce syndrome qui est certes tragique et traumatisant, mais qui arrive malheureusement bien plus qu’on ne le pense.

Le syndrome du bébé secoué survient lorsqu’un adulte secoue un bébé par exaspération ou épuisement face à des pleurs qu’il ne supporte plus. En secouant le bébé à bout de bras, sa tête va pencher d’avant en arrière et son cerveau va venir cogner contre la boîte crânienne de façon rapide, violente et répétée.  Cela peut créer des lésions cérébrales graves, qui peuvent conduire à une handicap moteur et/ou cérébral voir même qui peuvent parfois être fatales.

Il peut aussi arriver qu’un adulte secoue un enfant suite à un malaise, en pensant « faire juste » pour le réveiller. Si cela t’arrive, appelle le 144 et ne le secoue surtout pas.

Certains bébés sont aussi parfois secoués lors de jeux inadaptés à leur âge (avant un an), comme par exemple faire sauter son enfant sur les genoux de façon énergique sans tenir la nuque.

Mais dans la plupart des cas, les bébés secoués le sont par une personne qui ne supporte plus les pleurs ou les cris.

Que faire si tu te sens à bout, nerveux-se, fatigué-e par les pleurs de ton bébé ?

  • Installe ton bébé en toute sécurité dans son lit
  • Quitte la chambre
  • Appelle une personne de confiance (ta famille, un-e ami-e, un-e voisin-e,…)
  • Téléphone à ton-ta sage-femme, l’infirmière petite enfance, le-la pédiatre ou amène ton enfant à l’hôpital

Mieux vaut laisser ton bébé hurler plusieurs minutes, le temps que tu te calmes, reprennes tes esprits ou qu’une personne qui puisse prendre le relai arrive. Le bébé n’en gardera aucune séquelle permanente et ça sera toujours moins pire que de le secouer.

Le SBS est recensé comme une des maltraitances infantiles les plus graves. La prévention est donc primordiale.

As-tu déjà entendu parler de la phobie d’impulsion ? C’est la peur obsédante de faire du mal à son bébé. Par exemple, cela peut se caractériser par la crainte de blesser son bébé, de le faire tomber, de l’agresser physiquement ou sexuellement. Nous consacrerons un article spécifiquement à ce thème mais surtout, ne t’inquiète pas et ne culpabilise pas si cela devait te traverser l’esprit. Cela arrive à la plupart des parents, autant les mères que les pères. Il y a une immense, gigantesque différence entre le penser et réellement le faire.

Courage, nous pensons à toi et comprenons que ce n’est pas facile, surtout lorsque les nuits sont courtes et que bébé pleure sont incessants.

L’émission 36,9° de la RTS y a consacré un épisode :

https://pages.rts.ch/emissions/36-9/9972000-bebes-secoues-un-drame-sans-fin.html

Julie

Partage ton expérience avec nous !

14 + 2 =