Le rôle du/de la partenaire lors de l’accouchement

Le rôle du/de la partenaire lors de l’accouchement

Lors de ton accouchement, tu as bien entendu le droit d’être accompagnée. Nous trouvons que c’est important, car ton-ta partenaire ou la personne qui sera avec toi te sera d’un grand soutien. En effet, dès le moment où tu sentiras que le travail se met en route (voir notre article à ce sujet ici), ce sera important de pouvoir partager tes ressentis, tes craintes, etc.  

 

Pendant la phase de travail, ton-ta partenaire pourra t’accompagner pour les respirations, d’aider à te mettre dans une position qui t’est confortable, te faire un massage, t’apporter quelque chose à manger, à boire, une bouillotte chaude, etc.  

 

Ensuite, pendant l’accouchement, ton-ta partenaire pourra se placer où il-elle le souhaite, selon vos désirs et afin que cela soit pratique pour le personnel médical. Par exemple, il-elle peut venir à côté de ton épaule pour te tenir la main, te masser le haut du dos ou il-elle peut se mettre en face de toi afin de voir l’arrivée de bébé. Certain-es partenaires ne souhaitent pas voir « ce qui se passe » et nous pensons qu’il est important de respecter cela. Tout comme, il est important de dire si tu souhaites ou non qu’il-elle se place face à toi.  

 

Pendant le travail et l’accouchement, il y a toujours la possibilité de faire des photos, des vidéos. Cependant, demande toujours au corps médical si c’est ok pour eux.  

 

Lorsque tu établis ton projet de naissance (voir notre article à ce sujet ici), réfléchis à ce que tu attends de ton-ta partenaire dans ces différents moments et surtout parles-en avec lui-elle 

La personne qui t’accompagne pourra aussi t’aider à « garder le cap » sur tes désirs, les choses qui te tiennent à cœur pour ton accouchement, car on ne va pas se mentir, nous sommes parfois dans un état second dans ces moments ! Avoir quelqu’un qui nous aide à garder les pieds sur terre, nous encourage, nous rassure est très important  😁. 

Julie

Partages ton expérience avec nous !

5 + 8 =

Les conséquences de l’arrêt de la contraception hormonale

Les conséquences de l’arrêt de la contraception hormonale

iLorsque que tu souhaites devenir parent et concevoir un enfant, la première étape consiste à arrêter ta contraception. Dans cet article, je vais mettre en lumière les conséquences que peut impliquer l’arrêt d’une contraception hormonale (pilule, stérilet hormonal, etc.). En effet, en te protégeant ainsi tu prends une dose quotidienne d’hormones et le fait d’arrêter du jour au lendemain demande à ton corps une adaptation et “remise en route” qui peut prendre quelques temps selon les femmes.  

Tout d’abord, tes cycles redeviendront naturels et ne seront plus dictés par les hormones du contraceptif. Il te faudra donc quelques cycles pour comprendre comment ton corps fonctionne et comment se déroulent tes règles (fréquence, durée, etc.). Je te conseille de te munir d’une application de suivi de cycle pour consigner tout cela. Voici notre article à ce sujet : clique ici

En arrêtant ta contraception, tu observeras peut-être ces différents changements sur ton corps : 

  • Symptôme d’un syndrome prémenstruel (ballonnements, crampes abdominales, etc.) 
  • Acné dû aux fluctuations hormonales (la peau revient à son aspect naturel, auparavant masqué par les hormones du contraceptif) 
  • Retour potentiel d’une libido naturelle soumise au rythme du cycle menstruel (ovulation, etc.) 
  • Légère prise ou perte de poids 
  • Augmentation ou diminution de la pilosité 
  • Migraines 
  • Variations de l’humeur et des émotions 
  • Etc. 

Ces symptômes ne sont pas systématiquement vécus par toutes les femmes et ne devraient pas persister dans le temps. Si après un arrêt de contraception, tu observes que ces changements ne disparaissent pas, penses peut-être à consulter un-e professionnel-le

Yasmine

Partages ton expérience avec nous !

8 + 12 =

Le retour de couches et la contraception

Le retour de couches et la contraception

Ça y est, tu as accouché et vous avez accueilli ce-s nouveau-x bébé-s dans la famille. Génial et maintenant ? Cela fait 9 mois que tu n’as pas eu tes règles et SURPRISE, elles vont faire leur fracassant retour…On appelle ça le retour de couches et tu te demandes sûrement, quand ?

La théorie dit qu’il survient dans les 6 à 8 semaines après l’accouchement, le temps que toutes les hormones chutent et reviennent à leur taux initial. Mais dans la pratique, c’est bien différent : chaque femme réunit tout un tas de paramètres qui peuvent avancer ou reculer cette date théorique…Notamment celui de l’allaitement !

En effet, si tu nourris ton bébé au biberon, tu ne vas plus sécréter l’hormone de la lactation, la prolactine, et cela rétablira donc plus vite ton cycle menstruel. Ton retour de couche aura lieu plus rapidement (encore une fois en théorie) par rapport à une femme qui allaites. Si tu n’as toujours pas eu ton retour de couches après 12 semaines de vie de ton bébé, penses à consulter, encore une fois, on ne sait jamais.

En revanche, si tu allaites, c’est une tout autre histoire. En stimulant la production de lactation, tu vas maintenir un niveau haut de prolactine, qui va (en principe, attention !) mettre les ovaires en hibernation. C’est donc, en général, quelque temps après le sevrage et l’arrêt de l’allaitement que les règles font leur retour. Donc, suivant la durée de l’allaitement, tu peux tout à fait passer 1 voire 2 ans sans règles du tout ! Il se peut aussi que tes règles reviennent pendant ton allaitement, c’est aussi ok ! Bref, tu l’auras compris, il n’y a pas vraiment de règle concernant les règles (ha !) et elles sauront bien se manifester quand ça sera leur heure !

Attention, qui dit absence de règle après l’accouchement ne dit pas contraception et impossibilité de concevoir donc on se protège pour éviter une grossesse non désirée dans la foulée 😅. Même sans règles, la femme peut quand même ovuler.

Demande donc à ton-ta gynécologue pour savoir quelle est la meilleure contraception pour ton couple entre le préservatif, l’implant, le stérilet hormonal ou en cuivre (attendre 3 à 6 mois après l’accouchement), la pilule (il existe des pilules mini dosées compatibles avec l’allaitement), etc. Il-elle saura te conseiller au mieux, à moins que tu ne veuilles directement enchaîner avec bébé numéro 2 !

Yasmine

Partages ton expérience avec nous !

6 + 11 =

Ton projet de naissance

Ton projet de naissance

Tu es enceinte et gentiment tu commences à songer à ce grand moment que va être l’accouchement.

Quel que soit le lieu où tu accouches, nous te conseillons de préparer un projet de naissance, seule, avec ton-ta partenaire et/ou ton-ta sage-femme.

Le projet de naissance, c’est un document qui regroupe tes-vos envies et souhaits pour le jour J. On a tou-te-s un idéal pour le jour de notre accouchement et prendre le temps d’y réfléchir et déposer tout cela va te permettre d’y voir plus clair et surtout de regarder avec ton-ta sage-femme et/ou ton-ta gynécologue ce qui est possible ou non. Pendant ta grossesse, et même le jour de ton accouchement, ce projet peut bien entendu changer, évoluer ! Parfois on imagine des choses en début de grossesse (par exemple accoucher dans l’eau) et sur le moment on sent que ce n’est pas du tout cela que l’on veut, ou inversement !

Il est important d’y faire figurer ce que toi et ton-ta partenaire souhaitez, mais aussi ce que vous ne voulez pas (comme certains gestes ou certaines pratiques médical-e-s) ! Le jour J, il-elle sera ton porte-parole et le garant du respect de vos décisions (dans la limite des avis médicaux).

Nous te conseillons de réfléchir aux points suivants :

  • Le lieu de ton accouchement (à domicile, en maison de naissance, en clinique, à l’hôpital)
  • L’ambiance pendant le travail (musique, lumière tamisée)
  • Ce que tu veux faire pendant le travail (ballon, marcher)
  • La nourriture, les boissons
  • La position de ton accouchement (cf. article sur les positions lors de l’accouchement)
  • Si tu souhaites avoir une baignoire pour le travail et/ou l’accouchement
  • La péridurale
  • La sonde urinaire
  • Le déclenchement
  • La césarienne (sauf si elle engage le pronostic vital de ton-tes bébé-s ou toi)
  • L’épisiotomie
  • Les instruments médicaux (ventouses, forceps)
  • La place de ton-ta partenaire avant, pendant, après l’accouchement (que souhaitez-vous qu’il-elle fasse ? se place-t-il-elle devant, derrière toi ? peut-il-elle te toucher, te masser, etc. pendant le travail et/ou l’accouchement ? etc.)
  • Qui et combien de professionnel-le-s sont présentes dans la salle (étudiants en observation par exemple)
  • La sortie du bébé (tu peux le sortir toi-même si tu le souhaites J)
  • Le clampage du cordon ombilical (qui et quand ?)
  • Le placenta
  • Le don ou la conservation du sang ombilical (cellules souches)
  • Le peau à peau
  • La tétée d’accueil et l’allaitement
  • Les photos, les vidéos
  • Etc.

Si une césarienne est nécessaire, pense aux points suivants :

  • Le type d’anesthésie
  • L’ambiance dans la salle
  • Si le-la partenaire est présent-e ou non
  • Qui et combien de professionnel-le-s sont présentes dans la salle (étudiants en observation par exemple)
  • Ta position
  • FAUCS (French Ambulatory Cesarean Section) du Dr Denis Fauck : poussée active
  • Si tu veux voir la naissance ou pas (abaissement du champ)
  • Ensemencement vaginal pour transmettre au nouveau-né les « bonnes » bactéries
  • Hystérectomie
  • Le peau à peau
  • Etc.

Différents sites et applications (comme Grossesse +, qui est très complète) proposent des exemples, desquels toi et ton-ta partenaire pouvez vous inspirer.

Rédiger un projet de naissance n’est pas une obligation mais une aide pour te projeter. Si tu ne souhaites pas le faire, c’est ok ! Garde aussi en tête que tout n’est pas possible et le personnel médical qui t’accompagnera le jour J ne pourra pas forcément accéder à toutes tes demandes. Un projet reste un projet et la naissance d’un enfant est bien un des moments de ta vie où il y a de grandes chances d’avoir des surprises.  

Julie

Partages ton expérience avec nous !

5 + 8 =

Ta première échographie

Ta première échographie

Ça y est ta grossesse a été confirmée par une prise de sang, félicitations !

Tu dois te demander ce qui t’attend et aujourd’hui, nous allons t’expliquer comment se passe le premier rendez-vous chez le-la gynécologue en Suisse. Celui-ci a lieu aux alentours des huit semaines d’aménorrhée et est généralement fixé lors du rendez-vous pour le test sanguin. Ton-ta partenaire peut être présent ou tu as le droit de venir avec un-e accompagnant-e de ton choix.

À chaque fois, tu devras effectuer un test urinaire (pour détecter des protéines présentes dans les urines), une prise de pression artérielle (pour détecter une prééclampsie) et tu devras monter sur la balance pour vérifier ta prise de poids. Cela est généralement effectué par les assistantes médicales du cabinet. Selon le besoin, tu devras également faire une prise de sang.

Ensuite, tu seras reçue par ton-ta gynécologue qui prendra, normalement, le temps de te demander comment se déroule ta grossesse, quels sont tes antécédents médicaux et familiaux (ceux de ton partenaire aussi, merci la génétique), quand ont eu lieu tes dernières règles, etc.

Vient maintenant l’heure de l’examen gynécologique durant lequel ton-ta gynécologue va procéder à un frottis classique pour dépister différentes maladies et, éventuellement, toucher ton col de l’utérus pour voir comment il est, s’il est bien fermé, sa position, etc. Puis, il-elle va introduire dans ton vagin une sonde d’imagerie recouverte d’une sorte de préservatif stérile qui va permettre de voir à l’écran ton utérus et ton fœtus pour la première fois. Séquence émotion en perspective. Attention, cet examen ne doit PAS être douloureux (même si la sonde peut paraître impressionnante) donc pense à dire STOP si ça l’est ! De plus, tu as le droit, en cas de sensation de pudeur, de demander un petit drap couvrant tes cuisses et ton vagin.

Cette échographie est l’occasion notamment de vérifier la vitalité du bébé et le nombre de fœtus présents. Ton-ta gynécologue va aussi sûrement mesurer la hauteur de ton utérus, à l’aide d’un mètre, qu’il-elle va poser sur ton ventre pour surveiller le bon déroulement de ta grossesse. En mesurant la taille du fœtus, il-elle va également pouvoir te donner une date de terme et de combien de semaines d’aménorrhées tu es enceinte.

Voici la fameuse sonde : elle peut paraître impressionnante mais elle ne fait pas mal ! 

Yasmine

Partages ton expérience avec nous !

10 + 12 =